Je cite sa lettre ouverte du 11 septembre 2017, qui ovre la session des droits de l’homme :

http://www.ohchr.org/FR/NewsEvents/Pages/Media.aspx?IsMediaPageFR=true&LangID=F

« The actions of violent extremists cannot totally obliterate our world. Only governments can do that – and this is the greater tragedy of today. Left on their current course, it will be governments who will break humanity. Terrorists may attack us, but the intellectual authors of those crimes will then often sit back and watch as governments peel away at human rights protections; watch, as our societies gradually unravel, with many setting course toward authoritarianism and oppression…

does it not occur to the many Governments who engage in intimidation and bullying, and commit reprisals against human rights defenders and NGOs which work with the UN human rights mechanisms – do they not realise that this only confirms to us, and to the world, how much oppression and injustice they exercise in their own countries? »

Ce diplomate jordanien continue une longue lettre de dénonciations. Le gouvernement de Birmanie qui persécute les Rohingyas, le gouvernement du Burundi qui lance les Imbonerakure et l’armée contre les civils (dans un rappel évident au génocide Rwanda d’il y a

23 ans, avec ses milices Interahamwe).

Et puis sur RFI ce matin, j’entends que le gouvernement du Zimbabwe se financerait surles diamants de contrebande pour financer les services secrets.

Et puis j’ajouterai, pour bien pourrir la fête, qu’au Cambodge, le pouvoir de Hun Sen ne subit aucun revers judiciaire, ni même diplomatique, alors que l’opposition classique est accusée judiciairement d’une foultitude de délits financiers d’une créativité perverse. Au Vietnam n’existe même pas l’ombre d’une opposition constituée en opposition d’alternance. Passons sur les autres États à parti unique, et négligeons les partis faire-valoir du genre Kuomintang révolutionnaire de Chine populaire. En Afrique noire, la situation est inégale mais l’on signale qu’au Sénégal, au Bénin, au Niger, au burkina Faso, au Ghana, au Nigéria, et j’en passe, le fonctionnement démocratique est somme toute réelle, malgré la pauvreté endémique. Au Togo, dans les deux Congo, au Gabon, des dynasties familiales sont bien enracinées. En Guinée Équatoriale, et au Cameroun, le volet familial est particulièrement fort. En Angola, c’est plutôt le parti qui s’autoperpétue. En Afrique du Sud, l’ANC prend parfois des allures hégémoniques, quoique la possibilité d’une alternance démocratique soit forte. Si l’Afrique du Sud virait à la situation zimbabwéenne, alors la démocratie en Afrique serait peu de chose.

En Asie centrale, l’hégémonisme familialo-partidaire se porte à merveille: Azerbaïdjan, Turkmenistan, Ouzbekistan, Kazakhstan, Tadjikistan, voilà bien des régions où aucun citoyen ne brandit une pancarte antigouvernementale sans la certitude d’une matraque et d’une incarcération. En ThaÏlande l’opposition « rouge » (couleur du parti populiste, et non pas du socialisme-marxiste) est semi-illégale, et à Singapour et en Malaisie prévaut un système hybride aux allures britanniques mais qui assure l’hégémonie d’un seul parti. La répression y est surtout une pression judiciaire sur tout opposant ou critique, et à Singapour l’ambiance y est particulièrement néo-confucéenne — qui peut mieux gouverner que le parti au pouvoir qui a l’expérience?

Le Vénézuéla est au bord de l’autocratie à parti unique, mais le parti chaviste n’a pas tout à fait osé franchir le pas. Hussein de l’ONU le rappelle d’ailleurs dans sa lettre de rentrée. Autrement, l’Amérique latine semble avoir reprit goût au pluralisme politique — unique bonne nouvelle.

Ce qui inquiète peut-être le plus: le sentiment rampant dans les démocraties que la démocratie elle-même est une illusion, et que les autocraties, ou la semi-autocratie de type russe, sont des évolutions naturelles voire souhaitables! Avec elles, point de mariage gay, de déferlante musulmane, d’inféodation aux grands intérêts américains.

La démocratie représentative occidentale otanienne européenne et capitalistique a ses défauts, énormes. Cependant, elle est vivable et amendable. Qui en dit autant au Turkmenistan, au Congo-Brazzaville? Dans le premier on ne dit pas, dans le 2e on lee dit mais alors commence une longue peur personnelle.

Bref Hussein a bien fait de tirer la sonnette d’alarme, d’autant plus que sa commission — dont il ne maîtrise pas les équilibres politiques — a autant servi à fustiger les scories relativement petites des démocraties qu’à démolir les excès odieux des autocraties.

HH

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*